logo

Dernière sauvegarde statique fr.ekopedia.org datant du 9 Juin 2015, dernière apparition connue dumpée via le service (payant) Web Archive, celle-ci est en lecture seule et ne peut pas être modifiée !
Une sauvegarde en lecture seule issue d'une bdd corrompue (il manque du contenu et des images) permettant de lire une partie du wikicode manquant est également disponible en téléchargement ici.

Ces sauvegardes permettront principalement l'export vers le Wiki OsRemix, plateforme s'orientant vers les mouvements éco-alternatifs et Do It Yourself (DIY) !

Les contributeurs peuvent s'auto-organiser via le forum !

Cosmétique

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : Navigation, rechercher
Noia 64 apps kcmdrkonqi.png
Cet article fait partie du
Thème Prendre soin

Hygiène de vie
Hutte de sudation
Hygiène de l'esprit
Relaxation
Reiki
Shiatsu
Sophrologie
Hygiène du corps
Bienfaits et méfaits du soleil
Soins du corps
Cosmétique
Fabriquer ses cosmétiques
Santé
Plante médicinale
Huile essentielle


Catégorie:Prendre soin (?)

Un cosmétique est une substance permettant de nettoyer, protéger, parfumer, embellir ou maintenir en bon état le corps humain, d'en modifier son aspect ou d'en corriger l'odeur. Les cosmétiques sont des produits d'hygiène et d'embellissement.


Sommaire

Introduction

"L'information donne le pouvoir": quelques soient les produits, on enregistre des différences de qualités significatives. Contrairement aux idées reçues, le comportement des consommatrices peut influencer de manière décisive la politique de développement de l'industrie cosmétique. Le consommateur, par ses choix, peut avoir un impact déterminant sur l'offre, en étant un consommateur critique et informé, il est alors devenu un consomm'acteur.

Cette page a été conçue afin de contribuer à la transparence du marché, pour que le consommateur ait la joie de pouvoir embellir son corps avec des produits de beauté dignes de ce nom tant d'un point de vue qualitatif, moral, qu'écologique.

Sont des cosmétiques :

Ne sont pas des cosmétiques :

Historique

Les cosmétiques sont presque aussi anciens que l'homme. Les hommes préhistoriques pratiquaient probablement la peinture corporelle. 3000 ans avant Jésus Christ, Les égyptiens connaissaient déjà les onguents et les huiles parfumées, le maquillage et le dentifrice.

Tout au long de l'histoire, les cosmétiques employés dépendaient des périodes, des modes et des matières premières disponibles. Certaines recettes comme la cold cream de Galien sont encore utilisées aujourd'hui, d'autres recettes ont été abandonnées comme les bains de bouche à l'urine. Certains produits pouvaient même être dangereux pour la santé (blanc de céruse à base de plomb).

Au XIXe et surtout au XXe siècle, l'industrialisation ainsi que de nombreuses découvertes changent le visage de la cosmétologie : parfums de synthèse, dérivés pétroliers, tensioactifs synthétiques et stabilisateurs d'émulsion. Ces nouveaux ingrédients, mais aussi de nouvelles formulations complexes réalisées par des chercheurs, caractérisent les cosmétiques modernes.

Caractéristiques des cosmétiques :

Un cosmétique est composé de principes actifs, substances actives qui assurent l'efficacité du produit, et d'excipients chargés de transporter les principes actifs. Des exemples d'excipients : les huiles, les silicones, l'eau et l'alcool. Les excipients peuvent aussi avoir des propriétés cosmétiques. Des exemples de principes actifs : les acides de fruits (exfoliants), le rétinol ou vitamine A (antioxydant), certaines huiles essentielles, l'acide hyaluronique (hydratant). Les principes actifs sont souvent en très petite quantité dans le produit, mais signalés en évidence sur l'emballage. On ajoute au produit cosmétique différents additifs : colorants, conservateurs, antioxydants, émulsifiants, stabilisateurs de pH, tensioactifs, agents de contrôle de la viscosité... On arrive facilement à une vingtaine d'ingrédients, choisis parmi les 8000 ingrédients cosmétiques référencés. Les différents ingrédients peuvent être d'origine végétale (lavande, amande douce...), animale (suif, stéarine...), minérale (paraffine, argile...) ou encore de synthèse (silicone, parfum synthétique...).

Produit en contact direct avec le corps, un cosmétique ne doit pas nuire à la santé. Dans cette optique, des substances qui sont ou pourraient être dangereuses (plomb, certains éthers de glycols) sont interdites et les fabricants effectuent des tests de tolérance des cosmétiques mais qui malheureusement ne sont pas toujours respectés. De plus, ces test n'empêchent pas les cosmétiques de provoquer parfois des réactions : irritations ou allergies.

L'emballage d'un produit cosmétique doit fournir certaines informations comme le nom du fabricant ou la liste complète des ingrédients. Ces ingrédients ne sont pas donnés en français mais sous leur dénomination INCI, International Nomenclature of Cosmetic Ingredients. Désormais, tous les composants d'un produit cosmétique doivent être indiqués sur l'emballage (ou le contenant) par une terminologie commune à tous les pays de l'Union.

Les cosmétiques dits naturels

Beaucoup de cosmétiques jouent sur la tendance du naturel et abusent des termes "naturel", "bio" ou "écologique" car ces termes ne sont pas contrôlés et peuvent être employés même pour des produits majoritairement chimiques.

Par contre pour reconnaître des cosmétiques à base d'ingrédients naturels, il existe des labels comme:

Contrairement à l'agriculture biologique, il n'y a pas de définition commune des cosmétiques biologiques ou naturels. Chaque label a sa définition inclue dans ses critères. A noter que les labels Cosmebio et les labels européens (et concurrents) émergents NaTrue et Cosmo comprennent tous deux niveaux d'exigence, qui définissent les "cosmétiques écologiques" et les "cosmétiques biologiques".

En lisant les étiquettes, on peut déchiffrer la composition du produit suivant les codes INCI et s'assurer de la composition exacte.

L'efficacité doit être prouvée

Puisque c'est la promesse d'efficacité d'un produit qui motive le consommateur à l'acheter, cette efficacité doit être prouvée. La loi contraint les fabricants à tenir prêts des dossiers prouvant l'efficacité des produits cosmétiques à chaque fois que la publicité le souligne.

Les tests sur les animaux

Les tests sur les animaux de laboratoire continuent. Une directive européenne doit interdire, à partir de 2009, la vente de produits de beauté comprenant des ingrédients chimiques expérimentés sur des êtres vivants. Mais le gouvernement français a déposé un recours contre cette directive car la France est le premier producteur mondial de cosmétiques (Cf L'Oréal...) et les rapports officiels indiquent que les alternatives développées pour remplacer les expérimentations sur des animaux sont insuffisantes.

En Allemagne la loi pour la protection des animaux interdit, depuis 1986 déjà, de tester les produits de maquillage sur des animaux, et depuis 1998 cette interdiction a été étendue à tous les produits cosmétiques. Le label allemand BDIH garantit que les produits ne sont pas testés sur les animaux et des produits commercialisés en France portent ce label (produits que l'on trouve surtout en parapharmacie ou en vente par correspondance sur le web).

Il faut savoir que la quasi totalité des produits cosmétiques (crèmes mais aussi shampoing, dentifrice, gel douche, savon...) que l'on trouve en grande surface sont testés sur les animaux à un moment ou un autre de leur fabrication.

Les produits portant la mention "non-testé sur des animaux" sur l'emballage ou sur le contenant garantissent que le produit fini n'est pas testé. Cependant les matières premières peuvent avoir été testées. Cette mention n'est donc pas une garantie suffisante.

A consulter, la liste des marques de cosmétiques "propres" (qui ne testent ni les ingrédients ni les produits finis) sur le site de One Voice: [1].

Les huiles

Les huiles minérales

Bon marché et faciles d'emploi, les paraffines dérivées du pétrole sont très avantageuses pour l'industrie cosmétique mais pas pour la peau, que ces huiles artificielles empêchent de respirer. Dans le meilleur des cas, elles ont des propriétés protectrices. A noter que la cosmétologie naturelle refuse systématiquement l'utilisation de ces huiles minérales.

Les huiles de silicone

Agréables mais pas écologiques, les concepteurs de formules cosmétiques apprécient la polyvalence des huiles de silicone, qui connaissent une utilisation universelle. L'utilisation des silicones est quasi illimitée. On les trouve dans les crèmes protectrices pour la peau, fixateurs de parfum et produits de coiffure pour ne citer qu'eux. Les huiles de silicones sont douces et s'étalent bien sur la peau. Pour la santé de la peau, les silicones sont de loin préférables aux huiles minérales, si tant est qu'elles soient de qualité, ce qui dépend de leur synthèse.

Les huiles et les cires de silicone présentent un grave inconvénient qui justifie de restreindre leur utilisation : très peu biodégradables, elles sont particulièrement nocives pour l'environnement.

Les huiles végétales

Les huiles végétales sont produites par des organismes vivants (les graines et les fruits) sous l'action de la chaleur et de la lumière. Sur la peau, une huile végétale naturelle agit différemment d'une huile de paraffine. Elle agit dans le sens du métabolisme, garde la peau lisse et stimule la formation du film protecteur de l'épiderme.

La proportion d'huiles natives (naturelles) dans l'excipient est un critère de qualité pour les formules cosmétiques.

Attention à certains produits cosmétiques que l'on trouve en grande surface ou chez certains commerçants. Par exemple, ce n'est pas parce qu'un produit contient de l'huile d'avocat que l'huile est non traitée et naturelle. Renseignez vous en lisant l'emballage, les labels ou en allant sur le site internet de la marque du produit.

Voici une liste non exhaustive des principales huiles végétales utilisées :

(exclusivement dans les produits biologiques et sous contrôle d'un label agrée - BDIH, Naturkosmetik...)

 L'huile d'argane contient entre 0,34 % et 0,79 % de composé insaponifiable,  43 % d’acide oléique (Oméga-9),
 36 % d’acide linoléique (Oméga-6) et le reste étant leur forme mono-glycérique respective.
 Elle contient, en plus de ces acides gras, des tocophérols (vitamine E), du squalène, des stérols et des polyphénols.

Les huiles hydrophiles

Les huiles appelées "hydrophiles" sont des émulsifiants. Au contact de l'eau, elles forment d'elles mêmes une émulsion huile. Elles sont utilisées pour nettoyer les peaux sèches et calleuses. Pour un nettoyage plus en douceur, on peut leur préférer les huiles nettoyantes sans émulsifiant.

Les hydratants

les cellules de l'épiderme ont une membrane constituée d'une bicouche lipidique et forment ce qu'on appelle la barrière lipidique. Les acides gras pénètrent dans cette barrière et la renforcent. Ils contribuent aux propriétés régénératrice, cicatrisante, hydratante et adoucissante des cosmétiques.

Les composants

Vista-vlc.png Cette section est vide ou n'est pas assez détaillée, votre aide est la bienvenue !

La charte des cosmétiques naturels

La charte "Cosmétique Naturel Contrôlé" du BDIH, partant de l'Allemagne, regroupe aujourd'hui une cinquantaine de laboratoires en Europe, avec 2 500 produits certifiés.

Le cahier des charges du BDIH interdit entre autres :

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Bibliographie


Noia 64 apps kcmdrkonqi.png Prendre soin – Articles sur « comment prendre soins de soi et des autres ».
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Naviguer
Contribuer
Imprimer / exporter
Boîte à outils