Il y a de très nombreuses raisons de contribuer à Ekopedia . Essayez, c'est facile!
Pour vos remarques et une demande de création de compte utilisateur,
vous pouvez contacter un administrateur par courriel

Discussion Ekopedia:Actualités

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire

Des collectivités locales et des chercheurs élaborent un contrat de bon accueil

Accueillir de nouvelles populations ; une volonté affichée par les élus des territoires ruraux

Il est difficile de trouver aujourd’hui une collectivité qui ne mette pas en avant la notion « d’accueil de nouvelles populations » sur son territoire. L’accueil et l’installation en milieu rural sont à ce début de siècle ce que le développement local était aux années 80 : Un mot passe partout. L’accueil a sa foire, les sites Internet et les dispositifs se multiplient, les territoires se lancent dans une course effrénée à la communication sans que l’on sache vraiment ce qui se cache derrière ce mot. Que veut-dire "accueillir" sur un territoire? Suffit-il de faire la promotion d'un lieu idyllique pour trouver preneur?

l’accueil n’est pas une notion à prendre à la légère et suppose la mise en œuvre de toute une démarche d’ingénierie territoriale. Tout d’abord, il ne s’agit pas seulement d’accueillir de nouveaux arrivants, mais aussi de se doter de moyen d’écoute des personnes qui vivent déjà sur le territoire et n’y trouvent pas forcément de solutions, car accueillir une personne, une famille, c'est bien sur accueillir un nouvel habitant, mais c'est surtout lui donner les moyens de s'intégrer pleinement dans la dynamique d'un territoire, d'y trouver sa place et d'y cultiver son projet de vie.

Une course à l'accueil de nouveaux arrivants?

On a vu des territoires faire toute une promotion pour attirer des populations afin qu’elles s’y implantent ou y reprennent des activités ; c’est trop souvent un miroir aux alouettes, on voit de beaux stands et de belles images dans des foires ou des bourses à l’accueil, mais si l’on creuse un peu, il y a un risque majeur pour que l’on amène des personnes vers une impasse.

Jean-François Mamdy, responsable de l'UMR Metafort à L’ENITA de Clermont-Ferrand, spécialisé dans l’étude des nouvelles fonctions d'accueil de l’espace rural, souligne lui aussi l’importance de ces choix de vie que représente le retour à la campagne, et les risques qui y sont attachés et salue la démarche d'un groupe de chercheurs qu’il accompagne dans un travail de réflexion sur l'élaboration d'un contrat de bon accueildans le cadre du programme européen VIVRE « On n’est jamais allé aussi loin dans la réflexion sur l’accueil car le contrat de bon accueil que sont en train d’élaborer les partenaires de l’équipe VIVRE prend en compte la relation directe de la personne et du territoire, or, jusqu’à maintenant, l’accueil était essentiellement perçu comme une nécessité par les territoires ruraux, mais on n’avait pas exploré la dimension contractuelle avec le nouvel arrivant ou l’habitant qui souhaite réorienter ou modifier son activité».

Un contrat d'individu à territoire.

Le Contrat de bon accueil a été élaboré par un groupe d’une soixantaine de personnes auquel ont participé entre autres des conseillers généraux, mais aussi des président de communautés de communes. Les travaux ont réuni autour d’une même table des personnes d’horizons divers, porteurs de projets, élus et institutionnels. Ces personnes ont exprimé et mis en commun leurs diverses attentes, et dégagé ce que nous avons appelé des espaces de contractualisation.

Les résultats de nos travaux avec des collègues espagnols, portugais, polonais et roumains. De là est née une trame mettant en avant des points de rapprochement qui sont devenus des éléments de contractualisation. A partir de cela naîtront des réponses contractuelles négociées entre les candidats et les structures territoriales, communautés de communes et pays .

Définir au niveau local une véritable charte de l'accueil

Une telle démarche, fondée sur des obligations réciproques entre le territoire accueillant et le porteur de projets suppose que soit mené au niveau local un travail sur les modalités et le sens donné à la notion d’accueil, mais aussi sur les moyens à mettre en œuvre et les outils à mobiliser. C’est la prochaine étape de l’expérimentation qui est en cours d'expérimentation au sein de « territoires pilotes » cévenols. L’accueil et l’accompagnement de porteurs de projets est l’affaire de tous, élus comme habitants des territoires, et pour que la greffe puisse prendre, il faut que tout le monde parle de la même chose, d’où l’idée de mettre en œuvre sur les territoires de la communauté de commune des la Cévennes des Hauts Gardons et de Tarnon Mimente une démarche participative d’écriture d’une charte de l’accueil, mettant en avant les valeurs affirmées par le territoire, ses objectifs à moyen et long terme, et ses attentes en matière d’accueil de créateurs d’activités .


Un contrat d'individu à territoire.

Le Contrat de bon accueil a été élaboré par un groupe d’une soixantaine de personnes auquel ont participé entre autres des conseillers généraux, mais aussi des président de communautés de communes. Les travaux ont réuni autour d’une même table des personnes d’horizons divers, porteurs de projets, élus et institutionnels. Ces personnes ont exprimé et mis en commun leurs diverses attentes, et dégagé ce que nous avons appelé des espaces de contractualisation.

Les résultats de nos travaux avec des collègues espagnols, portugais, polonais et roumains. De là est née une trame mettant en avant des points de rapprochement qui sont devenus des éléments de contractualisation. A partir de cela naîtront des réponses contractuelles négociées entre les candidats et les structures territoriales, communautés de communes et pays .

Définir au niveau local une véritable charte de l'accueil

Une telle démarche, fondée sur des obligations réciproques entre le territoire accueillant et le porteur de projets suppose que soit mené au niveau local un travail sur les modalités et le sens donné à la notion d’accueil, mais aussi sur les moyens à mettre en œuvre et les outils à mobiliser. C’est la prochaine étape de l’expérimentation qui est en cours d'expérimentation au sein de « territoires pilotes » cévenols. L’accueil et l’accompagnement de porteurs de projets est l’affaire de tous, élus comme habitants des territoires, et pour que la greffe puisse prendre, il faut que tout le monde parle de la même chose, d’où l’idée de mettre en œuvre sur les territoires de la communauté de commune des la Cévennes des Hauts Gardons et de Tarnon Mimente une démarche participative d’écriture d’une charte de l’accueil, mettant en avant les valeurs affirmées par le territoire, ses objectifs à moyen et long terme, et ses attentes en matière d’accueil de créateurs d’activités .


Les éléments de contractualisation.

Des valeurs et des attentes clairement affichées en préambule

Un texte de quelques lignes affirmant les valeurs fondatrices du contrat de territoire est rédigé et adopté par la structure délibérante du territoire d'accueil (communauté de communes). Il a valeur de charte pour ses signataires et conditionnera toute la suite du contrat de bon accueil. On peut y trouver une brève description des attentes du territoire, de ses perspectives d'évolution à moyen et long terme, des valeurs qu'il prend en compte (développement durable, égalité hommes femmes, transparence, etc...)

Des obligations d'information

Le territoire s’engage à fournir un document détaillé, actualisé, et réaliste du diagnostic du territoire Le porteur de projet s’engage à fournir au territoire des informations régulières sur son projet Les deux parties s’engagent dans la durée.

Des apports réciproques clairement formulés

Le porteur de projet identifie les apports de son projet pour le territoire

Il réalise et présente son « étude de marché » et son « business plan »

Le territoire exprime son intérêt pour le projet

Un accès à l'information et aux services

Pour mener à bien son projet, un porteur de projet doit disposer d'un minimum d'information et de services

Il est important à ce stade de définir par contrat le droit à l'information ,les modalités pratiques de sa mise en œuvre (lieu, dates, horaires, outils, type d'informations disponibles ou à mobiliser)

Un appui technique lisible, efficace et organisé

Le territoire propose des moyens (humains, financier, matériel, formation parrainage... Le porteur de projet s’engage à les utiliser dans les meilleures conditions.

Des modalités d'accompagnement et de solidarité territoriale

Le territoire exprime les modalités de l’accompagnement

Le porteur de projet s’engage à faire part de son expérience auprès du territoire et à devenir ensuite un tuteur pour les futurs porteurs de projets

Des moyens d'évaluation

Il est important prévoir une évaluation continue tripartite (parrain, porteur de projet et territoire) et se doter d’indicateurs. Il est tout aussi important de tirer des leçons des échecs

Optimiser l'intégration territoriale

Il est important sur un territoire de reconnaître les rôles informels de certaines opérations (reconnaissance monétaire et non monétaire)Le porteur de projet privilégie dans la mesure du possible l’utilisation et la valorisation des ressources et matières premières locales.En contrepartie, le territoire lui facilité l'accès à ces ressources.


Un accès à l'information et aux services

Pour mener à bien son projet, un porteur de projet doit disposer d'un minimum d'information et de services

Il est important à ce stade de définir par contrat le droit à l'information ,les modalités pratiques de sa mise en œuvre (lieu, dates, horaires, outils, type d'informations disponibles ou à mobiliser)

Un appui technique lisible, efficace et organisé

Le territoire propose des moyens (humains, financier, matériel, formation parrainage... Le porteur de projet s’engage à les utiliser dans les meilleures conditions.

Des modalités d'accompagnement et de solidarité territoriale

Le territoire exprime les modalités de l’accompagnement

Le porteur de projet s’engage à faire part de son expérience auprès du territoire et à devenir ensuite un tuteur pour les futurs porteurs de projets

Des moyens d'évaluation

Il est important prévoir une évaluation continue tripartite (parrain, porteur de projet et territoire) et se doter d’indicateurs. Il est tout aussi important de tirer des leçons des échecs

Optimiser l'intégration territoriale

Il est important sur un territoire de reconnaître les rôles informels de certaines opérations (reconnaissance monétaire et non monétaire)Le porteur de projet privilégie dans la mesure du possible l’utilisation et la valorisation des ressources et matières premières locales.En contrepartie, le territoire lui facilité l'accès à ces ressources.


Un contrat librement négocié, et des acteurs multiples.

Tout ceci ne constitue qu'une trame, un aide mémoire pour les acteurs du développement local, de l'accueil et de l'installation en milieu rural. Chaque territoire élaborera, s'il le souhaite, son contrat de bon accueil, tout en lui conservant une certaine souplesse. Certains nouveaux arrivants ont subi des ruptures, ont parfois quitté la ville et ses contraintes ; un document contractuel trop rigide et trop formel risque de les décourager. L'expérience démontre que l'accueil sur un territoire n'est pas chose simple, que de nombreux freins existent, et que, si certains peuvent s'atténuer avec le temps, d'autres sont plus difficiles à faire évoluer. Le foncier et la faible disponibilité de logements en milieu rural constituent un frein de plus en plus préoccupant pour certains élus locaux.

Pour qu'une greffe prenne sur un territoire, il faut réunir de nombreuses conditions, et parfois concilier des intérêts et des visions contradictoires. On a vu des populations rejeter des nouveaux arrivants alors que leurs élus avaient déployé beaucoup d'efforts pour les attirer sur le territoire. Ce malentendu n'est pas le fruit du hasard, mais le résultat d'un manque de vision partagée. Le travail du développeur est de faciliter la greffe en mobilisant les énergies, en motivant les personnes de « bonnes volontés », bref en donnant un sens aux actions individuelles ou collectives pour lever les craintes et les doutes et faciliter la mise en marche du projet.


Le contrat de bon accueil est expérimenté sur huit territoires ruraux d'Europe dans le cadre du programme européen VIVRE

Catégorie:Accueil

Merci Neja

Pour le update et le lien vers l'article...

Cela fait plaisir á lire.

Bise Utilisateur:Olivier_C

Retranscription JT intelli-n.tv octobre 2009

"Aujourd'hui à l'honneur Ekopédia qui est une encyclopédie en ligne gratuite sur l'écologie au quotidien. Créé à Québec en 2002, ce projet collaboratif de type wiki existe aujourd'hui en 7 langues. Ekopédia compte plus de 2500 articles fournissant des solutions au quotidien. Les informations y sont structurées autour de 12 thèmes : la naissance, l'alimentation, le transport et le logement entre autres. Ekopédia sensibilise chaque jour plus de 15 000 personnes différentes ce qui fait de ce projet un des sites Web les plus visités dans le domaine de l'écologie."

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Naviguer
Contribuer
Imprimer / exporter
Boîte à outils