Il y a de très nombreuses raisons de contribuer à Ekopedia . Essayez, c'est facile!
Pour vos remarques et une demande de création de compte utilisateur,
vous pouvez contacter un administrateur par courriel

Friedensreich Hundertwasser

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : Navigation, rechercher

Auto-genl.jpg

Source: http://www1.kunsthauswien.com/


Friedrich Stowasser (* 15 décembre 1928; † 19 février 2000), mieux connu sous le nom de Friedensreich Hundertwasser, était un peintre et un architecte autrichien.

Sto étant le mot tchèque pour cent (hundert en allemand), il prit comme nom d'artiste Hundertwasser (cent eaux en français).

Ses réalisations architecturales à la fois organiques et fantaisistes ont pu être rapprochées de l'œuvre d'Antoni Gaudí.

Sommaire

Introduction

Pour Friedrich Hundertwasser, la construction architecturale a pour première fonction de protéger les hommes de l'extérieur. Dans ce sens, l'habitation apparaît comme un terrier, une tanière. Hundertwasser le prononce lui-même ainsi : « J'aimerais être une taupe… vivre sous terre… je serais à l'abri dans ma tanière ». Il est très probable que cette vision ait été la conséquence de l'expérience de son enfance. En effet, il a subi dans sa jeunesse de nombreuses visites des S.A. et de la Gestapo qui recherchaient des renseignements sur des membres juifs de sa famille. Ainsi, la construction répondrait à un besoin de sécurité et fonctionnerait comme une spirale tournée vers l'intérieur.

Mais Hundertwasser conçoit paradoxalement l'habitation comme une ouverture sur l'extérieur; d'où l'importance des fenêtres et des couleurs sur la façade. La spirale s'ouvre donc également sur l'extérieur. La façade doit également être voyante et renvoyer l'image de celui qui l'occupe. Hundertwasser rejoint alors la citation de Lautréamont « une œuvre est le fait de tous »

Mais ce qui caractérise principalement les constructions d'Hundertwasser c'est leur appartenance au rêve. Les couleurs éclatantes et les formes originales semblent tirées directement d'illustrations de livres pour enfant. Cela signifie avant tout qu'il a réussi à préserver sa naïveté enfantine et à la transformer en une force positive pour l'adulte.

Hundertwasser : L'architecte-écologiste

Pour Hundertwasser, l'écologie est clairement le mot d'ordre de l'avenir. C'est la raison pour laquelle il est indispensable de réconcilier la nature à l'homme. L'exemple le plus probant en la matière est sans nul doute "l'arbre locataire ". À court terme, il s'agit surtout d'améliorer notre contexte de vie, en le rendant plus agréable et plus vivable. A moyen et long terme, la réussite est totale, puisque les arbres régulent l'écoulement de l'eau et contribuent à diminuer le taux de pollution.

Hundertwasser est-il utopiste ? On le lui a souvent reproché. Pourtant, il ne se contente pas de présenter les avantages théoriques de ses propositions. Il a su considérer tous les détails techniques et il est parvenu jusqu'au succès par l'application pratique de ses théories.

On lui a également posé la question du coût. En effet, l'artiste ne peut nier que ses constructions demandent un investissement important. À ce problème délicat, il tient le discours suivant :

" On confond valeur authentique durable et profit. (…) Chacun sait que la qualité est ce qui coûte le moins cher. Les bilans sont faussés lorsqu'on ne tient pas compte de facteurs négatifs, tels que vandalisme, insatisfaction, maladies, exode urbain, etc.… "

Hundertwasser n'a pas seulement des idées écologistes : il est un écologiste qui a le courage d'aller jusqu'au bout de ses convictions.

Hundertwasser : l'architecte-philosophe

Hundertwasser est indéniablement un philosophe moderne.

Nous verrons ici différents textes qui visent à révolutionner l'architecture dans une perspective plus humaine. D'ailleurs, certains d'entre eux se recoupent avec le chapitre précédent sur l'écologie.

On y trouvera "la ligne droite conduit à la perte", "le droit de fenêtre " ainsi que la théorie sur la troisième peau et sur la couleur en architecture.

Comment parvenir à plus d'humanité dans les constructions ? L'artiste propose deux types de solutions : tout d'abord, laisser la nature reprendre ses droits (moisissure, rouille, fissures…) afin de briser la géométrie stérile qui règne actuellement, deuxièmement de laisser l'homme lui aussi reprendre ses droits de création sur le milieu dans lequel il vit.

Le mal de l'architecture est donc directement imputé à la géométrie. Les idées d'Hundertwasser sont purement logiques et naturelles, à tel point que l'on en vient à se demander pourquoi elles sont si peu mises en application.

La couleur dans l'architecture

Hundertwasser a remarqué que la couleur a quasiment disparu des constructions de notre civilisation. Pourtant, la couleur offre des multitudes de possibilités créatrices. Selon Hundertwasser, ce qui est intéressant, c'est le fait que les architectes n'aient pas le courage d'utiliser la couleur. En outre, ce qu'il faut condamner le plus, c'est son utilisation régulière, surtout lorsque la surface est complètement lisse.Il n'aime pas les lignes droites.

Toujours selon Hundertwasser, la nature dispose d'une palette infinie, et les habitations doivent être à l'image de la nature, aussi colorée. Il est inconcevable de penser en gros et d'utiliser la même couleur sur une surface immense, particulièrement lorsqu'un individu unique la choisit pour les autres. « Il faut briser la notion selon laquelle ce qui est lisse est monochrome ».

Il n'y a qu'une solution, que chacun conçoive son environnement proche dans une perspective individualiste.

Ces convictions sur la couleur sont mises en applications lorsque l'artiste retravaille des photographies noires et blanc en les utilisant comme support pour l'encre.

Caractéristiques de l'architecture d'Hundertwasser

Wien hundertwasserhaus-sm.jpg

Hundertwasser est un philosophe des temps modernes, mais qu'en est-il de son statut d'artiste ? Autrement dit, comment parvient-il à une action concrète mettant en application sa philosophie ?

Notre architecte accumule une multitude de « petits trucs » dans son combat contre la géométrie. Il s'agit d'une lutte sur tous les fronts. Les documents suivants sur le sol, les colonnes, les mosaïques sur les murs et les tours en oignon ne sont qu'un aperçu des possibilités architecturales envisagées par Hundertwasser ; d'autant plus qu'il les présente lui-même comme un simple échantillon de solutions potentielles. On remarquera l'exotisme de ces éléments architecturaux, telles les tours en oignon. Cet exotisme rappelle les différents voyages d'Hundertwasser qui a su puiser dans différentes civilisations sa propre force créatrice.

À vrai dire, ces différents éléments architecturaux se sont dotés d'une autre valeur certainement imprévue par l'artiste ; ils caractérisent et stigmatisent maintenant pour le public une architecture cosmopolite signée typiquement Hundertwasser.

L'église de Sainte Barbara. Le travail d'Hundertwasser a consisté en une transformation et une rénovation complète, à la demande du curé Friedrich Zeck. Les travaux débutèrent à Bärnbach en Styrie (Autriche) en 1984 et furent achevés en 1988.

Il faut savoir que pour des projets comme celui-ci, l'artiste travaillait sur des maquettes qui constituent à elle seules de véritables œuvres d'Art.

L'intérieur a été conçu par des artistes locaux. Hundertwasser s'est contenté d'effectuer l'auréole des rayons derrière l'autel, le sol du presbytère et la spirale de la fenêtre derrière les fonds baptismaux. De surcroît, Hundertwasser a apporté un soutien efficace à la paroisse pour obtenir des moyens financiers.

Dans le projet, le chemin de Procession mérite une attention toute particulière. En effet, il est parsemé de symboles sacrés n'appartenant pas à la religion chrétienne.

En concevant douze portes symbolisant toutes les religions du monde, l'artiste fait un geste en faveur de la tolérance.

La Muse-Nature et les Irrégularités Incontrôlées

Le manifeste de la moisissure amorce une grande aventure architecturale pour le peintre Hundertwasser. Il construit peu à peu un concept d'habitation écologique en harmonie avec ses locataires. Il tendra à développer des maisons recréant un écosystème avec leurs habitants. Des toits en gazon sur lesquelles on peut marcher et faire paître des bêtes, un système de purification de l'eau par les plantes aquatiques, une toilette à l'humus qui nourrit le gazon du toit et les "arbres-locataires" (qui poussent aux fenêtres et purifient l'air, absorbent la poussière, ...)

Bref, les habitations deviennent progressivement parfaitement autarciques, elles fournissent nourriture, eau, air, abri, elles recyclent, régénèrent et s'intègrent parfaitement à l'environnement naturel en ne lui causant que peu de dommages.

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

Noia 64 apps kdict.png Portail Apprendre – Accédez aux articles Ékopédia concernant les pédagogies.
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Naviguer
Contribuer
Imprimer / exporter
Boîte à outils