logo

Dernière sauvegarde statique fr.ekopedia.org datant du 9 Juin 2015, dernière apparition connue dumpée via le service (payant) Web Archive, celle-ci est en lecture seule et ne peut pas être modifiée !
Une sauvegarde en lecture seule issue d'une bdd corrompue (il manque du contenu et des images) permettant de lire une partie du wikicode manquant est également disponible en téléchargement ici.

Ces sauvegardes permettront principalement l'export vers le Wiki OsRemix, plateforme s'orientant vers les mouvements éco-alternatifs et Do It Yourself (DIY) !

Les contributeurs peuvent s'auto-organiser via le forum !

Philippe Desbrosses

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : Navigation, rechercher
Philippe Desbrosses dans le documentaire Solutions locales pour un désordre global

Philippe Desbrosses, agriculteur, Docteur en Sciences de l’Environnement (Université Paris VII) et écrivain, est l'un des pionniers de l’agriculture biologique en Europe. Il fut à l’origine de la création de la plupart des mouvements de l’officialisation de l’agriculture biologique.
Il a notamment participé à l'un des chantiers du Grenelle de l'Environnement, en tant qu'expert consultant auprès du Ministère français de l’agriculture et du Parlement européen.

Il a créé en Sologne, dans la ferme familiale de Sainte-Marthe, connue pour son conservatoire de graines anciennes, un Centre de Formation pilote en Agriculture Biologique ainsi que l’Association Intelligence Verte dont l’objet est de favoriser l’usage éthique et cyclique de la terre et de ses ressources pour le bénéfice renouvelé et solidaire des générations présentes et futures.

Chaque année depuis 17 ans, il organise les Entretiens de Millançay autour de thèmes liés à la santé, à l’alimentation et à des modes de développement durables.

Sommaire

Parcours

En 1974, Philippe Desbrosses prend la direction de l’exploitation familiale : la Ferme de Sainte-Marthe, à Millançay (Sologne) convertie à l’agriculture biologique par ses parents en 1969.

Dès 1978, il a présidé aux négociations avec les gouvernements successifs qui ont abouti à l’officialisation et à la certification de l’agriculture biologique en France. En 1983, il fut à l’origine de la création du label AB (Agriculture biologique), dont il devient le président auprès du Ministère de l'agriculture jusqu'en 2007.

Chef de la Délégation européenne de l’IFOAM (Fédération Mondiale d’Agriculture Biologique) de 1985 à 1990, il a présidé aux négociations du Règlement Européen AB 2092/91 pour la certification des produits biologiques.

Chargé de Mission auprès du ministre de l’Agriculture, il co-préside un comité de pilotage interministériel, pour la mise en œuvre du programme national de développement de l’agriculture biologique, dans l’optique des accords du Grenelle : triplement des surfaces consacré à de type de production en cinq ans, et introduction de 20% de produits bio dans la restauration collective avant 2012.

Les causes qu’il défend

Tout en portant un regard admiratif sur des progrès techniques et scientifiques incontestables, il porte un regard amer sur les dévoiements qui les ont accompagnés et qui ont entraîné des désastres économiques, écologiques, sanitaires et sociaux dont nous devrons supporter les conséquences pendant très longtemps. Il résume l’état de notre agriculture en ces termes : « La production agricole actuelle est aléatoire et éphémère, elle saccage les sols et repose sur le pétrole ».

La diversité et la multiplicité des variétés de graines ne sont pas un luxe ! C’est la réponse que la nature a apporté à la grande diversité de terres et de climats existant sur notre planète. Elles ont toutes leur utilité et leur raison d’être. Totalement à l’opposé des grands semenciers qui veulent substituer à diversité quelques espèces modifiées dans leurs laboratoires et sur lesquelles ils ont pris des brevets, pensant pouvoir adapter la nature à leurs semences « miracles », Philippe Desbrosses considère que seule la biodiversité des semences peut protéger l’humanité contre des risques de famine pouvant résulter de maladies diverses et d’aléas climatiques et assurer sa souveraineté alimentaire en permettant aux populations de produire localement et donc d’être autonome.

Il alerte ses contemporains contre la « folie de l’appropriation » et dénonce une dérive due au fait que quelques multinationales s’approprient les brevets sur ce qui devrait constituer le patrimoine commun de l’Humanité.

L’association Intelligence Verte

En 1999, il crée l’association Intelligence Verte, pour la sauvegarde du patrimoine génétique et de la biodiversité fondée avec Edgar Morin, Corinne Lepage, Jean-Marie Pelt, Michel Lis, Pierre Tchernia, etc.

Les principales activités de l’association sont :

Ses publications

Distinctions

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

http://www.intelligenceverte.org

http://www.entretiensdemillancay.org

Noia 64 apps kdict.png Portail Apprendre – Accédez aux articles Ékopédia concernant les pédagogies.
Logo colibris2.png Portail Colibris – Partage de savoir-faire local pour une société fondée sur l'autonomie, l'écologie et l'humanisme
Noia 64 filesystems exec.png Portail Penser – Accédez aux articles Ékopédia concernant la pensée.
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Naviguer
Contribuer
Imprimer / exporter
Boîte à outils