Hp-caution-icon.png
L’édition d’articles et la création de compte sont momentanément désactivées pour des raisons de vandalisme.
Si vous souhaitez modifier ou apporter un commentaire sur un article, vous pouvez contacter un administrateur par courriel: ekopediawikiCrystal Clear app xfmail.pngyahoo.fr

Piscine écologique

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : Navigation, rechercher
Noia 64 apps kfm home.png
Cet article fait partie du
Thème Se loger

Autoconstruction
Construire son habitat
Coopérative d'habitation
Entretenir son habitat
Gestion de l'eau
Gestion des déchets
Maçonnerie
Menuiserie: Outils / Matériaux
Rénover son habitat
Se chauffer
Utilisation de l'énergie


Catégorie:Se loger


La baignade écologique est la solution idéale pour beaucoup de propriétaires de piscines classiques qui sont fatigués d'avoir continuellement recours à des produits chimiques et à une technique coûteuse et compliquée pour l'épuration de l'eau de baignade.


Sommaire

Description

Principe de fonctionnement

Contrairement à la piscine classique où l’eau doit être stérilisée à l’aide de produits chimiques d’épuration polluants et nocifs pour les usagers, la baignade écologique, concept mis de l’avant il y a environ vingt ans en Allemagne, représente un décor aquatique naturel attrayant et vivant contribuant au bien-être de l’environnement.

C’est en fait un écosystème en soi où l’épuration et la filtration sont assurées par des plantes judicieusement choisies qui détiennent chacune un rôle précis.
L’eau n’y « est pas stagnante, ni croupissante, elle est oxygénée et épurée par les plantes, nettoyée et « désinfectée » par l’ensemble des bactéries, de la microfaune et de la microflore qui vivent en symbiose dans l’eau » ; un écosystème en équilibre, capable de se régénérer seul.

En bref, l’eau d’une baignade écologique n’est pas plus impure que celle d’un lac ou d’une rivière.

Mise en pratique

Principe.jpg

Pour créer un véritable équilibre biologique dans un relativement petit espace, la baignade écologique, à la différence d’un étang naturel, comprendra des espèces végétales plus nombreuse et plus diversifiées. Le processus naturel recherché peut être vulgarisé ainsi :

« Grâce aux mélanges entre les eaux des zones de différentes profondeurs, spontanés ou provoqués par les remous de la baignade, les températures s’équilibrent et les impuretés sont entraînées vers les zones de végétation plus calmes. Les matières en suspension et les éventuelles saletés s’y déposent donc et elles sont minéralisées par les micro-organismes puis transformées en nourriture pour les plantes. »

Une fois ce processus perpétuel atteint, il n’a pas besoin d’être complété par un système parallèle d’appoint. Par contre, pour s’assurer d’une excellente filtration, il est préférable de compléter l’épuration naturelle de l’eau. Toutefois, ce dernier ne doit pas être trop perturbateur de l’équilibre existant.

Le principe de base de la piscine écologique consiste à ce que l’espace de baignade soit équivalent ou inférieur à l’espace réservé aux plantes ainsi qu’à l’espace dédié aux plantations des berges. Aussi, la piscine doit présenter différents paliers successifs, des rives variées, recevoir une bonne quantité d’ombre une partie de la journée sur sa zone de plantation, une profondeur d’environ 2,5 mètres, présenté une pente d’environ 30% pour que les plantes s’épanouissent, détenir un PH constant faiblement acide ou neutre (entre 6 et 7) et être étanche grâce à une base d’argile ou à une bâche. Finalement, la partie de plantation doit présenter trois zones de plantation. On y arrive grâce aux plantes palustres poussant dans 0 à 30 cm d’eau, semi aquatiques poussant dans 30 à 50 cm d’eau et aquatiques poussant dans 50 cm d’eau et plus.

Dans une piscine écologique, on dénote donc trois types de plantes. On retrouve premièrement les plantes flottantes fixées au fond telles les nénuphars. Ce type de plante apporte de l’ombre au cours d’eau. Les plantes aquatiques ont certes généralement besoin de beaucoup de soleil pour s’épanouir, mais trop de soleil augmentera la température et permettra aux algues de proliférer, ce qui apportera trop d'azote phosphate et autre nutriments dans l’eau et entraînera l’[eutrophisation]http://fr.wikipedia.org/wiki/Eutrophisation de la piscine. Les plantes flottantes fixées au fond sont donc indispensables.

Deuxièmement, on retrouve les plantes épuratives. Autour de leurs racines vivent des bactéries anaérobiques et aérobies. Les dernières « réduisent les résidus végétaux, les animaux morts et les molécules chimiques nuisibles dégagées par les débris végétaux au fond de l’eau et les transforment en éléments nutritifs directement assimilables par les plantes ou encore en gaz libéré dans l’atmosphère. »4. Finalement, pour atteindre l’équilibre biologique dans la piscine écologique, il faut y ajouter des plantes immergées et des plantes flottantes libres. Ces dernières puisent directement leurs ressources dans les nitrates et les phosphates de l’eau. Elles limitent donc elles aussi le développement des algues. Finalement, les vivaces assurent la transition entre la piscine et le reste du jardin.

Maintenance

Retirer les débris végétaux au printemps et à l'automne et garder un niveau d'eau constant en ajoutant de l'eau. Vous pouvez également vous procurer des tests permettant de vérifier le niveau de contamination de l'eau de la piscine. Veiller à la propreté des pièces mécaniques (pompes, crépines...), si besoin les détartrer avec du vinaigre. En suivant ces conseils simples votre piscine remplira ses fonctions pendant de nombreuses années.

La sécurité des enfants

En France, les baignades naturelles ne sont pas encore considérées comme des piscines traditionnelles, mais comme des zones de nage aménagées. Elles ne tombent donc pas sous le coup de la législation qui impose des protections obligatoires d’accès, depuis le 1er janvier 2006. En revanche, il est évident que des précautions s’imposent d’elles-mêmes. Normalement, les abords d’une piscine biologique sont en pente douce, si bien d’un enfant n’est pas surpris par une chute brutale dans l’eau. Il peut se ressaisir à temps. Il en est autrement si vous optez pour l’aménagement d’un ponton ou d’une terrasse. Pour une sécurité accrue, une clôture et un système d’alarme peuvent être installés.

Prix et coûts d’entretien

Le coût d’une baignade biologique est souvent plus élevé que celui d’une piscine traditionnelle. La différence n’est pas dans le prix mais dans la philosophie du produit. Le coût d’entretien est moins élevé dans le cas d’une piscine biologique, à condition qu’elle soit parfaitement bien conçue à la base (zone de lagunage comprise). La réussite du fonctionnement de l’écosystème dépendra de la qualité et du sérieux apportés à l’installation. La circulation de l’eau se fait en circuit fermé, 24 heures sur 24, été comme hiver. La consommation électrique est faible et les apports de produits de traitement restent occasionnels.Le budget moyen pour un projet sérieux est de 20 000 euros.

Avantages

Système biologique : pas de produits chimiques,...Très peu d’entretien : nettoyage du fond du bassin de baignade comme dans toute piscine et entretien de temps en temps des plantations. Beaucoup plus esthétique qu’une piscine traditionnelle : c’est un véritable aménagement paysager qui s’intègre dans votre environnement et adapté suivant le terrain.

Avantage pour la santé : plus de problèmes d’allergies, d’asthme, d’yeux irrités,...que le chlore pouvait provoquer. Mais précautions à prendre avec le soleil et méfiance vis-à-vis des risques bactériens (voir ci-dessous).

Inconvénients

Coût souvent plus élevé au départ que pour une piscine traditionnelle, ce qui s’explique par la complexité et la technicité de l’écosystème qui doit être mis en place et par un marché qui n’en est qu’à ses débuts. Bien sûr il est tout à fait possible de diminuer les coûts en procédant en grande partie par auto-construction.

L’évaporation de l’eau y est beaucoup plus importante. La surface additionnelle pour la régénération et l’oxygénation devant être du même ordre que la surface de baignade, la surface totale est doublée et l’évaporation est donc double. De plus, la cascade d’aération obligatoire est aussi cause d’évaporation. Enfin, contrairement aux piscines classiques, il est impossible de bâcher les bassins d’où une évaporation permanente. De ce fait, les piscines biologiques ont une consommation d’eau beaucoup plus importante d’autant plus qu’il est impératif de ne pas laisser le niveau de la piscine biologique baisser. Il est raisonnable de compter sur une surconsommation de 50 m3 d’eau par an (ce volume varie évidemment en fonction des paramètres propres à chaque piscine).[1].

Le principe de la piscine biologique impose une circulation continue de l’eau pour une bonne régénération. Il faut donc que la pompe électrique fonctionne en continue contrairement aux piscines classiques où la pompe ne fonctionne que partiellement. Ceci provoque une consommation d’électricité beaucoup plus importante. Cette surconsommation peut être estimée à 5000 kWh chaque année (8000 heures à 0.6kw).

Du fait de sa consommation plus importante d’eau et d’électricité, la piscine biologique ne doit pas être qualifiée d’écologique.

L’utilisation des crèmes solaires y est fortement déconseillée par tous les fournisseurs de piscines biologiques. Il faut donc ne pas en mettre et courir les risques que l’on connaît. Ou imposer de prendre une douche avant de chaque baignade, ce qui augmente encore la consommation d’eau.

Pour éviter la prolifération des algues, il est préférable que la zone de végétation ne soit pas exposée en plein soleil mais dans une zone ombragée.[2]. Mais il faut aussi éviter à tout prix la chute des feuilles qui créent une eutrophisation. Dans certain cas, la pose de filets s’impose.[3].

La température de l’eau ne doit pas dépasser les 24° sous peine d’être envahie de bactéries [4].

La piscine municipale de Combloux est un test grandeur nature de ce type de piscine. Durant l’été 2009, les conditions climatiques ont conduit à une élévation de l’eau jusqu’à 26 degrés. Une colonie de staphylocoques dorés s’y est développée entrainant l’obligation de la fermeture de la piscine[5] [6]. Pour palier au problème d’élévation de température et pour anticiper ce genre de prolifération, le service technique est contraint de renouveler en partie l’eau des bassins de manière régulière. Le volume total de la piscine étant de 3200m3, un rapide calcul indique qu’il faut remplacer 640 m3 de l’eau trop chaude par de l’eau potable à 10 ° pour ramener la température de l’eau de baignade à 24 °. Il n’est nulle part fait mention de la quantité d’eau polluée par les staphylocoques qu’il a fallu purger pour retourner à une situation saine.

Quant au coût d’entretien de la piscine de Combloux, Les services techniques indiquent qu'il est plus important que pour une piscine traditionnelle.

Références

Voir aussi

Liens internes

Liens externes


Noia 64 apps kfm home.png Portail Se loger – Tous les articles Ékopédia concernant le logement.
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Naviguer
Contribuer
Imprimer / exporter
Boîte à outils