logo

Dernière sauvegarde statique fr.ekopedia.org datant du 9 Juin 2015, dernière apparition connue dumpée via le service (payant) Web Archive, celle-ci est en lecture seule et ne peut pas être modifiée !
Une sauvegarde en lecture seule issue d'une bdd corrompue (il manque du contenu et des images) permettant de lire une partie du wikicode manquant est également disponible en téléchargement ici.

Ces sauvegardes permettront principalement l'export vers le Wiki OsRemix, plateforme s'orientant vers les mouvements éco-alternatifs et Do It Yourself (DIY) !

Les contributeurs peuvent s'auto-organiser via le forum !

Poêle à bois

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : Navigation, rechercher

Noia 64 apps kfm home.png
Cet article fait partie du
Thème Se loger

Autoconstruction
Construire son habitat
Coopérative d'habitation
Entretenir son habitat
Gestion de l'eau
Gestion des déchets
Maçonnerie
Menuiserie: Outils / Matériaux
Rénover son habitat
Se chauffer
Utilisation de l'énergie


Catégorie:Se loger



Caractéristiques des poêles à bois

Présentation

Depuis des dernières glaciations connues, l'Homme se chauffe au bois et c'est ce qui lui a valu sa survie. Cette méthode, qui a fait ses preuves, est très efficace et peu polluante comparée aux déchets produits par l'énergie nucléaire pour autant que des appareils modernes et performants soient employées. Toute proportion égale, la fumée de bois est d'autant mieux écologique qu'un feu de forêt ou de résidus volatiles en dioxyde de carbone, méthane et souffre par le processus naturel de décomposition des végétaux par les champignons et autres micro-organismes.

De plus, n'oublions pas que consommer du bois portant le label PEFC ou étant issu d'une forêt gérée dans une optique de développement durable est bon pour la forêt et n'augmente pas le taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère car le gaz carbonique dégagé par l'arbre brûlé sera absorbé par celui qui a été planté pour le remplacer. En effet, un arbre jeune est beaucoup plus gourmand en dioxyde de carbone qu'un arbre arrivé à maturité.

Somme toute, les énergies hydrauliques, éoliennes et solaires pour produire de l'électricité sont les moins dommageables pour l'environnement (émanations de gaz). Un bémol cependant concernant l'énergie hydraulique, si on prend en considération l'impact environnemental provoqué par la construction et l'exploitation d'un barrage et d'une conduite forcée.

Les différents types de poêles à bois

Les poêles à bois classiques

(rendement de combustion > 45%)

C'est le type de poêle le plus répandu. Il n'utilise aucune technologie particulière. Son principal avantage est son coût faible.

De par son faible rendement, il ne donne pas droit au crédit d'impôts qui requiert des équipements dont le rendement est de 65% minimum.

Les poêles à bois à post combustion

(rendement de combustion > 70%)

Dans ce type de poêle à foyer fermé, il y a des arrivées d'air secondaires, naturelles ou forcées, qui forcent les gaz à effectuer plusieurs cycles de combustion avant de quitter le foyer, augmentant de ce fait le rendement final. Cela réduit aussi la quantité de cendre ainsi que les suies dans le conduit d'évacuation. Pour fonctionner de manière optimale, les poêles à post combustion nécessitent un feu nourri et continu.

Les poêles turbo sont une sous-catégorie des poêles à post-combustion. Leur particularité réside dans le fait qu'ils n'ont pas de chambre de post-combustion. L'appel d'air se fait à mi-hauteur de la chambre principale de combustion. Ils ont l'avantage d'être moins coûteux et montent plus rapidement en chaleur que les poêles à post-combustion classiques mais offrent un rendement et une autonomie plus faibles.

Les poêles de masse

(rendement de combustion > 90%)

Le poêle de masse type Kacheloffen Alsacien (que l'on trouve également en Autriche, Suisse, Allemagne...) est un poêle massif en brique habillée de faïences. Il peut aussi être en stéatite (plus dense et offrant une meilleure conductivité thermique)dans les pays Scandinaves. Le circuit des gaz brûlés est suffisamment long pour que ceux-ci se refroidissent au contact de la brique et les calories emmagasinées pendant la période de combustion (de l'ordre d'une heure) sont restituées pendant une demi-journée. Le rendement d'un tel appareil est remarquable et le confort qu'il procure est exceptionnel. Seul inconvénient : le bois qu'il brûle doit être refendu en morceaux relativement fins pour favoriser une combustion rapide.

En revanche, le fait de travailler à pleine combustion permet à ces poêles de produire des fumées plus propres que les autres (moins de CO, moins de condensats imbrûlés,...). La cheminée reste beaucoup plus propre qu'avec les poêles traditionnels où couve un feu continu. De plus, par ce principe, ces poêles acceptent très bien des bois résineux sans encrassement.

Les inconvénients sont que l'investissement de départ est souvent considérable. Il faut en effet une quantité appréciable de matière pour accumuler la chaleur. On compte en général une tonne pour 40 à 50 m² suivant l'isolation de la maison, suivant qu'on s'en sert comme appoint ou comme chauffage principal. Mais la chaleur par rayonnement apporte de nombreux autres avantages difficilement quantifiables. Il faut l'avoir vécue pour le comprendre. Autre inconvénient : le poids élevé ne permet pas d'installer ce type de poêle dans les étages d'un bâtiment.

Les poêles à granulés de bois (ou pellets)

(rendement de combustion > 80%)

Les poêles à granulés (ou pellets) permettent de s'affranchir de la corvée du bois. Il présente de plus un excellent rendement (jusqu'à 92%) et un confort d'utilisation extrême avec programmation des températures et approvisionnement automatique (avec des réservoirs de 15 a 45kg).

Le réservoir de granulés alimente automatiquement la chambre de combustion à l'aide d'une vis sans fin. Le thermostat commande la combustion pour satisfaire la température programmée et des sondes de températures contrôlent souvent l'arrivée d'air afin d'optimiser les rendements en permanence. Une résistance électrique permet l'allumage automatique du poêle à l'heure souhaitée.

L'utilisation d'une vis sans fin nécessite une alimentation électrique permanente.(Environ 100 W pour un poêle de 8 kW)

Les poêles à granulés sont plus particulièrement adaptés :


Consommation

Exemple : Pour une habitation de 80 m² bien isolée, compter 10 à 15 kg de granulés par jour (pour une température extérieure de 0°C à 5°C)

Les granulés sont confectionnés à partir de sciures et déchets ligneux compressés sans adjonction de liants. Taille courante : 6 mm de diamètre pour 1 à 4 cm de long Prix de la tonne : environ 275 euros la tonne (Décembre 2007)

Les aides de l'état

A l'heure actuelle, sachez qu'en France, toute personne désireuse de faire l'acquisition d'un poêle à bois peut se voir "récompensée" par un crédit d'impôt (cette mesure est destinée à promouvoir les énergies propres). A titre d'information, en 2012, le crédit d'impôt est de 15% si le poêle à bois représente une installation de chauffage neuve, et de 26% si celui-ci est destiné à remplacer un système de chauffage d'ors et déjà en place.[2]

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Notes et références

Bibliographie


Noia 64 apps kfm home.png Portail Se loger – Tous les articles Ékopédia concernant le logement.
Nuvola apps cache.png Portail Énergie – Tous les articles Ékopédia concernant l'Énergie.

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Naviguer
Contribuer
Imprimer / exporter
Boîte à outils