Il y a de très nombreuses raisons de contribuer à Ekopedia . Essayez, c'est facile!
Pour vos remarques et une demande de création de compte utilisateur,
vous pouvez contacter un administrateur par courriel

Vélomobile

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : Navigation, rechercher
Noia 64 apps galeon.png
Cet article fait partie du
Thème Se déplacer

Véhicules à carburants alternatifs
Moteurs alternatifs
Modes de déplacement alternatifs
Propulsions musculaires
Transport en commun
Catégorie:Voyager


Catégorie:Se déplacer


Le vélomobile est un engin roulant à propulsion musculaire comportant un carénage partiel ou total. La propulsion peut-être complétée par une autre forme d'énergie, électrique entre autres. Pour des raisons d'équilibre et de confort, la plupart des vélomobiles utilisent une configuration de tricycle couché. Seuls ces derniers sont abordés dans cet article.


Sommaire

Historique

La communauté des utilisateurs considère généralement que le français Charles Mochet a créé les premiers vélomobiles vers 1933/34. Ils étaient nommés à l'époque Vélocars.

A partir de quand considère-t-on qu'un tricycle est un vélomobile ?

Le carénage

Vélomobile

La protection aux intempéries (froid, pluie, vent, grêle, neige ...) qualifie en général un vélomobile.

Il existe des carénages partiels ou complets.
Certains vélomobiles ont un carénage amovible et peuvent après un déshabillage redevenir des tricycles couchés.

Mais l'essentiel des vélomobiles ont un carénage auto-porteur qui ne peut être enlevé. Bien sûr, entre les deux extrêmes, on peut trouver des variantes qui permettent par exemple de transformer son vélomobile en cabriolet l'été.

L'utilisation de l'engin et son adéquation dans la vie quotidienne

Un engin caréné qui ne soit pas utilisable dans la vie quotidienne n'est pas un vélomobile. Un engin qui nécessite par exemple une aide extérieure pour le fermer n'est pas un vélomobile. Il s'agit dans ce cas d'un engin de course adapté à un circuit fermé.

Les dimensions

La longueur oscille entre 220 et 300 cm de long, la largeur entre 70 et 110 cm. Le poids pour les vélomobiles non assistés (voir ci-dessous) peut passer de de 28 à 50 kg. Les modèles avec assistance varient entre 38 et 75 kg. Un cas particulier fait 250 kilos mais rentre-t-il encore dans la catégorie des vélomobiles ?

Les prix, où les acquérir ?

Les prix s'échelonnent entre 4500 et 8000 € environ. Cela peut paraître élevé mais vu l'échelle de production et les économies substantielles que cela peut générer, cela mérite un temps de réflexion.

L'A.D.V. (Association pour le développement du vélomobile) construit des carrosseries pour tricycle (à partir de 990 euros)

On peut commander directement chez les fabricants, les réseaux de distribution se mettent lentement en place. Le délai de livraison va actuellement de 2 mois à 2 ans. Il ne faut pas oublier de budgéter le transport car la livraison est facturée au volume. Exemple vécu: Hollande Montpellier: 700 € + 200 € pour la caisse de protection.

Les types de vélomobiles

Avec ou sans assistance électrique

Les vélomobiles sont soit à 100% à propulsion musculaire soit ils ont aussi une assistance électrique qui se recharge sur le secteur (à partir d'énergie solaire si possible). L'énergie apportée par l'utilisateur varie de 100 % pour la première famille et peut descendre jusqu'à une valeur négligeable selon l'assistance choisie. L'autonomie pour la première famille dépend de la forme et l'endurance du pilote. Certains parcourent plusieurs centaines de km. L'autonomie de l'assistance électrique se situe entre 50 et 100 km environ. Certains systèmes d'assistance régénèrent l'électricité lors des freinages et descentes. Le système "FitnessPower" de l'A.D.V. permet le pédalage constant, comme sur un vélo d'appartement, mais en roulant!

Tête dehors/dedans

La tête dehors permet de limiter les problèmes de buée due à la respiration l'hiver et de moins avoir chaud l'été. Les carénages fermés augmentent l'aérodynamisme en réduisant les turbulences liées à la trainée aérodynamique.

Suspension, confort de pilotage

Un vélomobile suspendu peut s'avérer très confortable. La position type "vélo couché" est très ergonomique comme sur les vélos couchés 2 roues ou tricycles.

Nombre de places

La quasi totalité des vélomobiles sont mono-place. Mais rien n'empêche de prendre un second vélomobile et de rouler ensemble ... En fait un vélomobile tandem en longueur serait très long et un vélomobile avec les sièges côte à côte serait nettement plus large sur la chaussée.
Depuis quelques années l'entreprise suisse Twike fabrique un vélomobile 2 places à assistance électrique. Ils sont employés comme taxi dans certaines villes et bénéficient de places de parking avantageuses.

Efficacité, vitesses de croisière

Les vélomobiles non assistés les plus performants roulent facilement entre 30 et 40 km/h sur le plat. Ils perdent peu de vitesse face au vent. Rappelons que la trainée augmente en fonction du carré de la vitesse. Donc plus le vélomobiliste est puissant et plus le bénéfice en terme de vitesse est important comparativement à un vélo droit traditionnel. Leur poids supérieur les ralentit dans les montées mais dans les faux plats descendants, ils sont rapidement à 60 km/h. Les modèles assistés sont mieux adaptés à des parcours montagneux ou des utilisateurs peu sportifs.

Pourquoi utiliser un vélomobile plutôt qu'un vélo ?

Pour rouler plus vite

Le vélomobile est plus rapide que le vélo une fois lancé. Cela est particulièrement vrai sur des parcours longs qui ne comportent pas trop d'arrêt-redémarrages, car sinon il faut relancer le poids.
Cette dernière remarque ne concerne pas un vélomobile à assistance électrique. Car son assistance lui permet de passer de 0 à 25 km/h nettement plus vite que sans assistance. Les assistances maximales dépendent des législations de chaque pays. En CEE, c'est 250 watts de puissance nominale et l'assistance doit se couper à 25 km/h. Au delà on bascule dans la catégorie "vélomoteur" qui rend le casque et l'assurance obligatoire plus le passage aux mines.

Pour être protégé des intempéries

Si l'on supporte mal le froid ou l'humidité à vélo, le vélomobile est une alternative adaptée.

Pour réduire le différentiel de vitesse avec les voitures

Quand on roule à 45 km/h en zone 50, les voitures sont moins tentées de dépasser, que si l'on roulait à 27 km/h.

Pour augmenter la capacité de transport de bagages et leur accessibilité

Cet argument mais il n'est pas forcément valable pour tous les vélomobiles. Certains permettent de transporter plus de 150 litres de bagages alors que d'autres sont très spartiates. Certains disposent de trappes d'accès faciles alors que d'autres non. Encore une fois, en cas de projet d'une future acquisition, il faut bien faire attention à son cahier des charges si cette contrainte est prépondérante.


La réalité des utilisateurs de Vélomobile

Il semblerait que de nombreux pilotes utilisent leur vélomobile pour faire des trajets pendulaires réguliers de 5 à 40 km l'aller. Un trajet pendulaire est un trajet journalier dont les trajets aller et retour sont identiques. En anglais sur les sites de Vélomobile, on croise souvent le terme de commuting. Un commuter, en français, est donc un penduleur.

Problèmes qui peuvent être rencontrés avec un vélomobile

Si un parcours est trop vallonné, il est possible de ne pas gagner autant de temps que l'on avait prévu. Il est possible de rajouter une assistance électrique après coup, mais mieux vaut y penser avant d'acheter un vélomobile.
Il est aussi possible de manquer de maniabilité en ville, auquel cas le vélomobile ne correspond pas à l'usage que l'on souhaitait en faire.
L'engin fait trop de bruit : rien à faire ; dans une certaine mesure le carénage agit comme une caisse de résonance. On peut rajouter de la mousse insonorisante et finir par s'habituer dans une certaine mesure à un niveau de bruit s'il n'est pas excessif.

Comment essayer un vélomobile ?

Les fabricants

On peut contacter les fabricants qui ont toujours un modèle à faire essayer. La plupart sont situés en Europe du Nord, en Allemagne, Hollande, Belgique ou au Danemark. On trouve aussi un fabricant en Nouvelle-Zélande. Des fabricants ont un site internet, mais mieux vaut maîtriser l'anglais car on ne trouve pas d'informations en français en général.

Les utilisateurs

On peut les trouver via les fabricants qui peuvent communiquer l'utilisateur le plus proche de chez soi et qui dispose de temps le faire essayer. On peut aussi les trouver sur les listes de discussion VPH ou sur les forums dédiés à ce sujet.

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

Noia 64 apps galeon.png Portail Se déplacer – Tous les articles Ékopédia concernant les déplacements.
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Naviguer
Contribuer
Imprimer / exporter
Boîte à outils