logo

Dernière sauvegarde statique fr.ekopedia.org datant du 9 Juin 2015, dernière apparition connue dumpée via le service (payant) Web Archive, celle-ci est en lecture seule et ne peut pas être modifiée !
Une sauvegarde en lecture seule issue d'une bdd corrompue (il manque du contenu et des images) permettant de lire une partie du wikicode manquant est également disponible en téléchargement ici.

Ces sauvegardes permettront principalement l'export vers le Wiki OsRemix, plateforme s'orientant vers les mouvements éco-alternatifs et Do It Yourself (DIY) !

Les contributeurs peuvent s'auto-organiser via le forum !

Zen

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : Navigation, rechercher
Noia 64 filesystems exec.png
Cet article fait partie du
Thème Penser

Autonomie
Décroissance
Gratuité
Recyclage
Simplicité volontaire


Catégorie:Penser


Le zen (japonais 禅, « méditation silencieuse »), chán (禪/禅) en mandarin ou dhyāna en sanskrit, est une forme de bouddhisme mahâyâna qui insiste particulièrement sur la méditation, ou « illumination intérieure ».

Le mot zen est la romanisation du mot japonais 禅, traduction du mandarin 禪 chán, lui-même emprunté au sanskrit dhyāna, recueillement parfait.

En français, le mot zen est aussi utilisé pour signifier un état de tranquillité, d'indifférence à l'agitation du monde ; c'est devenu dans le langage courant un adjectif synonyme de « serein ».

[modifier] Origines

La légende de l'origine de la tradition Zen et de la lignée de ses maitres remonte à un sermon du Bouddha Shâkyamuni à ses disciples alors qu'ils étaient réunis sur le Mont des vautours, relaté dans le Sūtra Lankavatara. Pour tenter d'expliquer un point de son enseignement, il se contenta de cueillir silencieusement une fleur d'udumbara. Aucun des disciples n'aurait compris le message qu'il tentait de faire passer, à l'exception de Mahâkâshyapa, qui aurait souri au Bouddha. Celui-ci lui aurait alors dit devant l'assemblée qu'il lui avait ainsi transmis son trésor spirituel le plus précieux. C'est une préfiguration de la description du Chan que l’on prêtera à Bodhidharma : pas d’écrit, un enseignement différent de tous les autres , qui touche directement l’esprit pour révéler la vraie nature de bouddha (不立文字、教外別傳, 直指人心,見性成佛

[modifier] Expansion géographique

Bodhidharma, vingt-huitième partriarche dans la filiation indienne, serait venu en Chine autour de 520. Les différents textes chinois qui le mentionnent ne s’accordent pas exactement sur son origine (Kânchîpuram au sud de l’Inde ou Perse), ni sur sa route (arrivé par l’ouest ou par un port du Sud-Est). On lui prête un attachement particulier pour le Sūtra Lankavatara, et la première école Chan constituée est connue sous le nom d'École Lankâ (楞伽宗).

Une légende attestée à partir du 11e siècle au monastère de Shaolin en attribue la fondation à Bodhidharma, en faisant ainsi l’initiateur des arts martiaux d'Extrême-Orient. Néanmoins, bien qu’il existe au Kerala un type de yoga offrant une certaine similitude extérieure avec le kung fu, des gymnastiques de type qigong semblent être mentionnées sur des textes chinois datant du 5e siècle av JC, et les arts martiaux au mont Song ont précédé Bodhidharma, si tant est qu'il s'y rendit jamais.

Au 9e siècle, le bouddhisme zen, appelé « Son » en Corée, fut intégré au bouddhisme étatique déjà présent depuis le 4e siècle. Le Son coréen pratique la prosternation, le chant, la méditation assise. Il utilise des mantras et des kong-ans (koan japonais).

Du 6e au 13e siècle, le bouddhisme zen fut importé de Chine au Japon via la Corée, par vagues successives. C'est au 13e siècle que le moine Dogen 道元 importa le zen Sôtô 曹洞 (en chinois Caodong), et le moine Eisai 栄西 (ou Yôsai)le zen Rinzai 臨済 (Linji en chinois). Ces deux écoles, comme en Chine à partir des Song, constituent encore aujourd'hui avec l'école Obaku le paysage du zen japonais. C'est le zen Rinzai qui va cependant s'imposer, du moins politiquement dans un premier temps, avec la mise en place du système dit des Cinq Montagnes où cinq temples chapeautent tous les autres.

En fait il y aura dix temples, cinq à Kyôto et cinq à Kamakura, qui varieront au fil du temps. Le courant zen et la pratique du zazen (méditation assise pratiquée pour atteindre l'éveil) eurent beaucoup de succès au Japon, et s'accompagnèrent du développement par les moines de plusieurs arts et techniques, soit directement importés de Chine, soit créés localement en intégrant des éléments du Nord de la Chine et de la Corée. On peut citer comme exemple l'usage du thé ou l'esthétique simple et dépouillée. Le Zen japonais est aussi fortement influencé par le taoïsme, dont on retrouve certains symboles et notions.

[modifier] Textes

Malgré la définition du Chan comme "sans écrit" (buliwenzi 不立文字) attribuée à Bodhidharma, des soutras ont inspiré une partie de son enseignement ; certains maitres ont laissé des écrits, des disciples ont rassemblé l'enseignement de leurs maitres dans des recueils.

Parmi les soutras, on peut citer en premier lieu le Sūtra Lankavatara rattaché à l'école yogaçara, qui a grandement contribué à la philosophie idéaliste du Zen, qui voit en la conscience l'unique réalité. La tradition en fait le texte de référence de Bodhidharma ; plus récemment, D.T. Suzuki l'a abondamment commenté. Les soutras de "perfectionnement de la sagesse" que sont le Sūtra du Diamant et le Sūtra du Cœur sont également importants, ainsi que le Sūtra Shurangama particulièrement apprécié des courants syncrétistes, et le Samantamukha Parivarta, un chapitre du Sutra du Lotus.

Parmi les textes écrits en Chine pendant les premiers siècles du Chan, mentionnons le Sūtra de l’Estrade attribué à Huineng, sixième patriarche, ainsi que deux recueils de koans, le Recueil de la falaise bleue (Biyan Lu 碧巖錄 Jap. Hekiganroku) composé au 12e siècle, et La Barrière sans porte composé au début du 13e siècle.

Récupérée de « http://fr.ekopedia.org/Zen »
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Naviguer
Contribuer
Imprimer / exporter
Boîte à outils